mercredi 26 octobre 2011

Tobalong Tomatoes: aspects agronomiques


Nous avons justement choisi de travailler dans cette ferme pour sa proximité avec la rivière Murray et ses problèmes de salinité.
En effet, les serres ont été implantées au plus proche de la rivière, là où le sol est de meilleure qualité. De récentes analyses montrent des taux en matière organique et nutriments bien supérieurs à la moyenne. Graham, l’agriculteur, affirmait avec raison qu’il avait les meilleurs sols de la région !
Mais par conséquent, les serres étant trop proches de la rivière, ne sont pas à l’abri des crues de la Murray, bien que peu fréquentes.

Photo aérienne de la ferme de Tobalong et de ses serres entourées de marais. Nous pouvons remarquer des taches brunes au milieu des serres, correspondant à une zone encore inondée.

L’année précédente, après plusieurs années de forte sécheresse, de brusques orages ont créés de nombreuses inondations le long de la rivière, dont les parcelles de la ferme de Tobalong. Depuis, les sols des serres présentent de graves problèmes de salinité.
 De récentes analyses montrent que les eaux de drainage se chargent en quantités non négligeables de sels après passage dans les sols des serres. A noter que l’eau n’est pas considérée comme potable à partir de 800 µS.cm-1.
Rangée de Red Gum morts, probablement à cause de la salinité des sols.

L’origine de la salinité

Les sols étaient déjà fortement concentrés en sel en profondeur et la crue de la rivière a augmenté la hauteur de la nappe. Ces sols fortement argileux ont la propriété de bien retenir l’eau en profondeur et sont donc difficiles à drainer. De plus, l’irrigation nécessaire des plants de tomate ne fait qu’amplifier ce phénomène. Donc, des croûtes de sel se forment encore aujourd’hui à la surface des serres, posant de nombreux problèmes agronomiques. Ces problèmes concernent à la fois la structure physique du sol et sa fertilité chimique.
La forte teneur en sel, en plus d’être toxique, rend le calcium du sol, indispensable pour la croissance des plantes, non disponible pour être absorbé au niveau des racines. De plus, en formant des croûtes à la surface, le sel rend le travail du sol bien plus difficile !
Des croûtes de sel se sont formées à la surface de la plupart des serres de l’exploitation

Quelles sont les méthodes utilisées pour réduire l’impact de la salinité ?

Les solutions proposées reposent sur trois principes :
·         Rendre le sel soluble dans le sol
·         Réduire la hauteur de la nappe et évacuer le sel
·         Rendre le calcium biodisponible
C’est pourquoi Graham a mis en place un système de canaux de drainage et de pompage tout autour des serres pour évacuer au maximum l’eau en excès dans les sols. Entre deux cultures, le sol est travaillé d’une certaine manière pour pouvoir favoriser l’évacuation de l’eau présente dans les sols jusque dans les canaux de drainage.
Pour réduire les effets toxiques du sel sur la fertilité chimique, Graham épand tous les ans du gypse ou du calcaire. Ces intrants permettent de solubiliser le sel et de rajouter du calcium facilement utilisable par les plantes.
Mais toutes ces méthodes ne peuvent pas résoudre totalement le problème de salinisation.

Existent-ils solutions à long terme ?

Il semblerait que le problème de salinité tend à diminuer dans le temps ; comme c’est le cas en général après une période de crue au niveau des plaines inondables (un article vous expliquera ce phénomène plus en détail).
Mais malheureusement il n’existe pas de solution «miracle» pour éviter ces problèmes de salinité. De nombreuses actions peuvent néanmoins être accomplies pour en réduire le phénomène sur le long terme comme optimiser l’irrigation et drainer au maximum les excès d’eau en posant des drains ou en plantant des arbres adaptés au milieu.

1 commentaire: